La diversité dans les conseils d’administration du BEL 20 ne se limite pas à l'égalité des sexes

Le profil des administrateurs de 8 pays européens, dont la Belgique, passé au crible dans le nouveau baromètre « Board Monitor »

Vingt-quatre : c’est le nombre de nouveaux administrateurs à avoir rejoint le conseil d’administration d’une entreprise du BEL 20 l’an dernier. Mais quel est donc leur profil et, surtout, comment se distinguent-ils de ceux du reste de l’Europe ? C’est ce qu’analyse chaque année le baromètre « Board Monitor » de Heidrick & Struggles. Pour la toute première fois, l’édition européenne du rapport inclut la Belgique, aux côtés de 7 autres pays tels que la France, les Pays-Bas et l’Allemagne. Notre pays se démarque notamment par le pourcentage de talents internationaux et d’administrateurs encore actifs sur le marché du travail.

Pour la quatrième édition de son « Board Monitor Europe », Heidrick & Struggles – cabinet spécialisé en Executive Search et Leadership Consulting – a choisi d’ajouter la Belgique à la liste des pays repris dans l’échantillon analysé [1]. Au total, pas moins de 24 nouveaux administrateurs (sur les 563, tous pays confondus) ont rejoint un conseil d’administration du BEL 20 en 2019. Âgés en moyenne de 55 ans, 50% de ces nouveaux membres sont, ou ont occupé la fonction de, CEO et 83% d’entre eux ont déjà une expérience en tant qu’administrateur d’autres sociétés. Outre ces indicateurs, le baromètre se penche sur la diversité de ces nouveaux membres.

La diversité, pas seulement une affaire de genres

Si la Belgique obtient des résultats un peu moins élevés que la moyenne pour le critère « pourcentage hommes/femmes » parmi ces nouveaux directeurs (42% de femmes pour la Belgique contre 49% au niveau global), il serait toutefois réducteur de conclure que les conseils d’administration du BEL 20 manquent de femmes. Au contraire, il s’agit justement là d’une indication que ces entreprises ont déjà atteint leur quota.

Marie-Hélène De Coster, Partner-in-Charge d’Heidrick & Struggles Bruxelles, explique : « Des progrès très importants ont déjà été réalisés ces dernières années en termes de représentativité des femmes. Etant donné que ce quota (au moins 33% de femmes) est déjà atteint, les conseils d’administration ont l’opportunité de prendre en compte d’autres types de diversité, tout aussi précieux pour la bonne gouvernance d’une entreprise ».

En termes de diversité, les progrès réalisés par les conseils d’administration de notre pays sont donc à chercher ailleurs.

La Belgique, un vivier de talents internationaux

Un des critères pour lesquels la Belgique fait figure d’exemple est certainement le pourcentage de ‘non-nationals’. 63% des nouveaux membres d’un conseil d’administration viennent ainsi de l’étranger (par rapport à un chiffre global qui s’élève seulement à 39%). Seuls les Pays-Bas font mieux avec 69%.

Un constat qui n’est pas tellement surprenant quand on sait que sur toutes les entreprises présentes dans le BEL 20, seule une minorité d’entre elles ont leur activité principale dans notre pays.

 « Comme les entreprises belges se tournent également souvent vers l’international, les profils internationaux sont également très prisés au sein des conseils d’administrations. Pour ces talents venant du monde entier, la Belgique est donc une réelle terre d’opportunités », ajoute Marie-Hélène De Coster.

Des conseils d'administration très dynamiques

Une autre bonne pratique à saluer au sein des conseils d’administration du BEL 20, c’est la répartition bien équilibrée entre actifs et membres à la retraite. 83% des nouveaux administrateurs belges nommés en 2019 sont ainsi encore actifs sur le marché du travail, soit le pourcentage le plus élevé parmi les pays analysés (la moyenne de ce critère étant de 46%).

Marie-Hélène De Coster, se réjouit : « L’objectif pour un conseil d’administration devrait être de trouver le bon équilibre entre professionnels actifs et membres expérimentés. Pour des raisons évidentes, compter dans ses rangs des administrateurs qui s’illustrent par leur longue carrière est bien sûr essentiel. Des membres moins expérimentés mais encore actifs sur le marché du travail peuvent, quant à eux, apporter leur perspective récente et leur savoir-faire face aux nouveaux défis de l’environnement de travail. »

L’avenir nous dira si ces tendances continuent à se renforcer ou si encore d’autres types de diversité (par exemple des profils plus atypiques pour le monde des affaires, possédant des connaissances très spécifiques comme la durabilité, les ressources humaines ou la cybersécurité) prendront le pas lors de la sélection de nouveaux candidats destinés à rejoindre un conseil d’administration.

Vous pouvez télécharger ci-dessous le rapport ‘Board Monitor Europe’ 2020 dans son entièreté.

 

[1] La Belgique, la France, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne, le Royaume-Uni

Contactez-nous
Ariane Goossens Whyte Corporate Affairs
Ariane Goossens Whyte Corporate Affairs
A propos de Heidrick & Struggles

Heidrick & Struggles (Nasdaq : HSII) est l’un des acteurs majeurs en Executive Search et Leadership Consulting de haut niveau. Le cabinet se concentre principalement sur les problématiques de leadership au niveau des comités exécutifs et conseils d’administration. Heidrick & Struggles offre des solutions diversifiées et sur mesure en matière d’Executive Search, d'évaluation et de développement du leadership, d'efficacité organisationnelle et d'équipe. Aujourd'hui, les experts en leadership d’Heidrick & Struggles opèrent à partir des principaux centres d'affaires en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe et en Asie Pacifique.

Présente en Belgique depuis 1971, Heidrick & Struggles est une entreprise internationale à l’ancrage local fort. Elle bénéficie donc à la fois d’une connaissance approfondie des marchés locaux combinée à une base de données globale exceptionnelle et à des outils et méthodologies éprouvés, harmonisés à travers le monde entier.

Aujourd’hui plus que jamais auparavant, il est essentiel pour les entreprises d'évaluer, de sélectionner, d’accueillir, de former et de développer des leaders qui seront à même de baliser un environnement dynamique et particulièrement imprévisible. Ces leaders doivent également animer des équipes, qui constituent les rouages de base des organisations et les catalyseurs nécessaires à toute transformation. Les organisations elles-mêmes doivent se remettre en question au niveau structurel ainsi qu’au niveau de leurs valeurs fondamentales. La vocation d’Heidrick & Struggles est de conseiller ses clients, dans une approche sur mesure, et de mettre en œuvre les outils les plus pertinents pour les accompagner vers des solutions qui accélèrent la performance.

Le bureau Heidrick & Struggles Bruxelles compte aujourd’hui treize collaborateurs dont quatre partenaires:  Sylvain Dhenin, Fabrice Lebecq, Pascale Simon et Marie-Hélène De Coster

Pour de plus amples informations sur Heidrick & Struggles, veuillez visiter www.heidrick.com